Les grands titres

Bols, assiettes, verres en carton : tous ces emballages, en contact avec des aliments, exigent une barrière pour empêcher le liquide et les huiles de passer à travers.

Avec l'aide du fabricant de matériaux d'étiquetage Herma, le papetier allemand Koehler Paper a mis au point une nouvelle solution d'étiquette thermique.

Avec Crystalcon, le nouveau type de papier translucide, Sappi ajoute un nouveau produit à sa vaste gamme de papiers d’emballage durables.

Tout comme dans d’autres segments industriels, l’intelligence artificielle (AI) aide les producteurs de carton comme Metsä Board à rassembler des données et à optimiser les procédés de production pour atteindre les meilleurs résultats possibles.

De la pure magie pour votre belle marque de chocolat ? Un packaging véritablement durable et entièrement recyclable. Et sans emballage en aluminium, en plastique ou en alu/papier à l’intérieur. Découvrez PurePac.

Si le plastique a assurément révolutionné nos modes de consommation, l’heure est à la réduction de ses impacts sur la planète. Parmi les solutions, start-ups et centres de recherche imaginent des innovations et des matériaux d'emballage alternatifs, aux qualités de protection et de conservation identiques au plastique.

Georgia Tech – L’industrie américaine des pâtes et papiers utilise de grandes quantités d’eau pour produire de la pâte de cellulose à partir des arbres.

Environ 181,5 milliards de tonnes de biomasse lignocellulosique sont produites chaque année par la biosphère.

Yale – Les contenants en plastique polluent notre environnement et prennent des centaines d’années à se décomposer. Une équipe de recherche de la Yale School of Environment, avec à sa tête le professeur Yuan Yao et Liangbing Hu, ont créé un bioplastique de qualité à partir de sous-produits du bois.

TU Graz News – Des chercheurs de l’Institut de bioproduits et de technologie du papier de Graz ont mis au point des alternatives vertes aux matériaux fossiles. Ces bioproduits vont contribuer à réduire la pollution et constitueront un levier vers une économie durable.

Mikael Magnusson – L’industrie du vêtement et du textile en général pèse lourd sur l’environnement. Les fabricants de jeans, par exemple, utilisent des milliers de litres d’eau et de grandes quantités de pesticides.

Juliette Francillon, doctorante du LGP2, a soutenu sa thèse : "Étude de la diversité moléculaire des oligosaccharides solubles d'hémicellulose issus d'autohydrolysats de bois".