Les fibres de contenants multicouches recyclés produisent des emballages en pâte moulée de grande qualité, conclut une recherche d’Innofibre

Barquette thermoformée à partir de fibres de CMC recyclés

Sciences
Typographie
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Ces emballages seraient plus résistants que les produits conventionnels faits de papier journal

TORONTO, ON et TROIS-RIVIÈRES, QC, 27 juin 2024 — Un récent projet de recherche mené par le centre d’innovation industrielle québécois Innofibre a démontré que les contenants multicouches d’aliments et de boissons usagés, qui sont majoritairement constitués de papier cartonné, présentent un fort potentiel pour la fabrication d’emballages en pâte moulée. Actuellement, aucun fabricant nord-américain de tels emballages n’utilise une pâte élaborée entièrement ou partiellement à partir de fibres provenant de contenants multicouches recyclés.

Les contenants multicouches (CMC) se déclinent en deux variantes : les contenants à longue conservation, également appelés contenants aseptiques, et les contenants réfrigérés, ou contenants à pignon. En plus du papier, ces contenants sont composés de minces revêtements de polyéthylène et, pour les contenants à longue conservation, d’une fine couche additionnelle d’aluminium. Ils sont communément employés, entre autres, pour le jus, le lait et ses substituts, les soupes, l’eau et le vin.

Innofibre est un centre de recherche appliquée reconnu pour son expertise dans le développement de produits à base de fibres végétales. Pour cette recherche, Innofibre a produit dans ses installations une pâte à partir de CMC post-consommation obtenus d’un centre de tri québécois qu’elle a ensuite transformée en produits moulés selon deux techniques courantes : le moulage par transfert et le thermoformage. « Nos tests ont confirmé que la pâte de fibres de contenants multicouches recyclés présente des propriétés mécaniques et physiques similaires à la pâte kraft vierge, explique Eric Desnoes, chercheur principal. Cela fait qu’on peut en tirer des produits moulés de grande qualité. » Selon le chercheur, la résistance de la pâte de CMC est donc nettement plus forte que celle de la pâte mécanique, comme celle obtenue de papier journal, qui est la pâte la plus fréquemment utilisée pour les produits moulés de fibres recyclées. En outre, la recherche conclut que la pâte de CMC serait particulièrement propre à la fabrication industrielle vu un temps de production des pièces relativement faible et un taux de rétrécissement ne nuisant pas à leur emboîtement.

ccmcm 1juillet24 1Équipe de recherche d’Innofibre (avec Isabelle Faucher à gauche, à côté d’Eric Desnoes)

« De tels emballages de pâte de contenants multicouches recyclés pourraient servir à contenir ou à protéger une grande variété de produits dans les secteurs alimentaire et non alimentaire », affirme Isabelle Faucher, directrice générale du Conseil canadien des manufacturiers de contenants multicouches qui a commandité la recherche. La mission de l’organisme qui regroupe quatre entreprises concurrentes — Elopak, Pactiv Evergreen, SIG et Tetra Pak — est de travailler avec les différents acteurs du milieu pour augmenter la récupération et le recyclage de ces contenants. Le partenariat avec Innofibre vise à favoriser l’émergence de nouveaux recycleurs locaux pour les CMC récupérés au Canada. Le Conseil espère maintenant collaborer avec des fabricants de pâte et d’emballages moulés au pays qui seraient prêts à explorer davantage les possibilités offertes par la pâte de CMC recyclés. Le Conseil peut notamment envisager de participer au financement d’étapes additionnelles de R et D en entreprise et à l’acquisition d’équipements.

Le rapport de recherche intégral d’Innofibre peut être téléchargé en français et en anglais.

Selon les données compilées par le Conseil canadien des manufacturiers de contenants multicouches, les programmes de collecte sélective et de consigne au Canada récolteraient à l’heure actuelle environ 34 500 tonnes de CMC post-consommation par année, dont une partie est toujours valorisée à l’extérieur de l’Amérique du Nord. En raison de la transformation des programmes en cours à travers le pays en vertu des politiques de responsabilité élargie des producteurs, le Conseil s’attend dans les prochaines années à une augmentation de la quantité de CMC récupérés et du taux de recyclage local. « Dans un contexte de déclin des volumes de papier journal et de bureau, les contenants multicouches peuvent représenter une source alternative de matière première de qualité pour les fabricants d’emballages qui ont l’habitude de travailler avec des fibres recyclées de même que pour ceux qui cherchent à accroître leur participation à l’économie circulaire », juge sa directrice générale.


À propos d’Innofibre – Centre d’innovation des produits cellulosiques

ccmcm 1juillet24 2Innofibre – Centre d’innovation des produits cellulosiques a comme vision d’être reconnu comme un pôle incontournable à l’implantation de la bioéconomie. Innofibre soutient l’innovation et la diversification des produits issus de la biomasse et adapte les technologies papetières pour des procédés innovants. Innofibre possède des laboratoires d’analyse spécialisés ainsi que des installations pilotes uniques en Amérique du Nord. Nos partenaires peuvent compter sur une équipe multidisciplinaire pour répondre à leurs besoins et pour accomplir les mandats de recherche appliquée. Pour plus d’informations, visitez https://innofibre.ca/.

À propos du Conseil canadien des manufacturiers de contenants multicouches

ccmcm 1juillet24 3Le Conseil canadien des manufacturiers de contenants multicouches (CCMCM) est une coalition de quatre entreprises manufacturières de contenants multicouches, soit Elopak, Pactiv Evergreen, SIG et Tetra Pak. Créé en 2010, le CCMCM travaille avec toutes les parties prenantes de la chaîne du recyclage dans le but d’accroître la récupération et le recyclage des contenants multicouches au pays. Pour plus d’informations, visitez www.recyclonslesCMC.ca.