La guerre en Ukraine impacte l’industrie mondiale des pâtes et papiers

Source de l'image : Archives LMP

Fisher International
Typographie

L’invasion de la Russie en Ukraine le 24 février dernier chamboule l’ordre géopolitique de toute l’Europe. Au-delà du drame humain qui se déroule sous nos yeux quotidiennement, la guerre en Ukraine a ses impacts sur le front papetier et celui-ci vit une période d’extrême volatilité.

Eduard Litvak, Directeur exécutif de l’Association ukrainienne de l’industrie des pâtes et papiers précise que toutes les papetières du pays ont cessé la production. Les opérations militaires ont brisé la chaîne d’approvisionnement du pays et les usines ont choisi de fermer pendant cette période incertaine pour ne pas mettre en danger la vie des travailleurs.

En plus des événements qui perturbent directement l’industrie ukrainienne, de nombreux joueurs  européens ont réagi au conflit en prenant certaines mesures. Voici quelques exemples :

  • 28 février : Mondi annonce la suspension de toute production en Ukraine, notamment celle de son usine de sacs en papier de Lviv.
  • 1er mars : Kemira interrompt la vente et les livraisons de produits de blanchiment vers la Russie et la Bielorussie, ce qui représente 3% de ses revenus totaux.
  • 2 mars : Stora Enso annonce l’arrêt de toutes ses opérations en Russie. L’entreprise y possède trois usines d’emballage en carton ondulé et deux scieries.
  • 3 mars : UPM cesse toute livraison vers la Russie. Les ventes en Russie et en Ukraine pour 2021 ne représentaient qu’environ 2% de ses ventes totales.
  • 7 mars : Sylvamo suspend toutes ses opérations en Russie, et envisage même de vendre certains avoirs. Le lendemain, 8 avril, MM cesse toutes ses livraisons de carton vers la Russie.
  • 11 mars : International Paper annonce qu’elle pourrait vendre ses parts de 50% dans l’entreprise russe Ilim Group.
  • Arkhangelsk Pulp and Paper (APPM) décide de poursuivre ses opérations et celles de ses filiales dans la région.

Avec la suspension de ces opérations, certains producteurs russes doivent réorganiser leurs activités. En 2021, la vaste majorité de la production russe de pâte et papier a été acheminée en Chine, laquelle a reçu 2 millions de tonnes de plus que l’Inde, son deuxième client le plus important. Sur le long terme, ces pays doivent s’attendre à des perturbations importantes et à devoir s’approvisionner ailleurs qu’en Russie. De plus, certains transporteurs ont décidé de boycotter les produits russes alors que le système international de transactions bancaires gèle toutes ses transactions avec le pays envahisseur.


Jaclin Ouellet, Journaliste, Le Maître papetier