Le coronavirus a d'énormes répercussions sur l'économie mondiale et l'industrie des produits forestiers n’y fait pas exception, car de nombreux producteurs de pâtes et papiers et de bois d’œuvre ralentissent leurs activités.

C'est l'usine de Produits Kruger à Gatineau, qui a été la première à obtenir la certification ISO 50001, octroyée par le Bureau de normalisation du Québec (BNQ), pour la gestion de l'énergie. Grâce à la mise en place de ce nouveau système, Kruger espère réduire la facture énergétique de 3 % l'an prochain.

La nouvelle turbine-alternateur de Domtar permettra non seulement de générer des revenus avec la production de 18 MW, mais elle permettra également d'optimiser l'utilisation de la vapeur de l'usine tout en ajoutant de la flexibilité opérationnelle. Reportage dans les coulisses du géant papetier.

Produits forestiers Résolu n'a plus les moyens de payer la taxe sur le papier surcalendré, qui lui coute 2,8 millions de dollars par mois. Sans l'aide de l'état, les usines de Dolbeau-Mistassini et de Kénogami pourraient fermer prochainement, mettant en danger plus de 1000 emplois.

L'industrie des pâtes et papiers doit investir massivement pour se moderniser et se diversifier. Pour y parvenir, le gouvernement du Québec devra élaborer des mesures d'aides et des programmes favorisant les produits à faible empreinte carbone.

Après avoir traversé la vallée de la mort, CelluForce est repartie sur des bases solides lorsqu'elle a trouvé un nouvel actionnaire, Schlumberger, qui lui permettra de percer le marché pétrolifère. D'ici peu, l'entreprise espère atteindre la phase commerciale pour trois nouveaux produits.

Québec a investi 190 M$ des 250 M$ nécessaires à la transformation d'une machine à papier de Kruger, dont 106 M$ en tant qu'actionnaire et 84 M$ sous forme de prêt. Fini le temps où le gouvernement prêtait ou subventionnait simplement l'industrie, il veut maintenant profiter des investissements et faire partie de la réussite.

Le nouveau Fonds Biomasse Énergie financé à la hauteur de 20,2 M$ par Fondaction, Investissement Québec et la Fédération des coopératives forestières du Québec permet de faire un pas vers l'atteinte des objectifs ambitieux de la Vision Biomasse Québec lancée l'an dernier.

Depuis un peu plus de 10 ans, l'industrie des pâtes et papiers a connu une véritable révolution en terme de santé et sécurité an travail. Un changement de mentalité important a fait en sorte que la santé et sécurité est devenue plus qu'une simple priorité.

Alors que le marché de la biomasse explose en Europe, il tarde encore à prendre son plein envol au Québec. Malgré les faibles coûts de l'hydroélectricité et du gaz naturel, la demande continue à croître tranquillement et les projets se multiplient, particulièrement en région, où la ressource est abondante et facile d'accès. Portrait de la situation au Lac-Saint-Jean.

SAINT-FÉLICIEN – Le gouvernement du Québec a fait l'annonce d'une allocation de 320 M$ pour moderniser l'industrie forestière et papetière, d'un investissement de 32 M$ dans les projets de chimie verte et de 50 M$ pour la création d'un nouveau programme d'utilisation de la biomasse forestière lors du Rendez-vous sur la forêt québécoise.

En lançant le Forum Boréal, Produits forestiers Résolu (PFR) souhaite lancer un dialogue avec les communautés forestières. Pour démontrer l'importance que l'entreprise porte à cette initiative, c'est Richard Garneau, le PDG de PFR qui s'est lui-même déplacé pour adresser les enjeux liés à l'exploitation forestière.

Plus d'articles...

Nous utilisons des cookies sur notre site Web. Certains d'entre eux sont indispensables au fonctionnement du site, tandis que d'autres nous aident à améliorer ce site et l'expérience utilisateur (cookies de suivi). Vous pouvez décider vous-même si vous souhaitez autoriser ou non les cookies. Veuillez noter que si vous les refusez, vous ne pourrez peut-être pas utiliser toutes les fonctionnalités du site.