La recherche sur les feux de forêt, un sujet brûlant pour FPInnovations à Quesnel, C.-B.

FPInnovations
Typographie

Des chercheurs des groupes de recherche sur les opérations de lutte contre les feux de forêt et sur l’approvisionnement en fibre de FPInnovations combinent leur expertise dans un projet de recherche avec la ville de Quesnel, en Colombie-Britannique, financé en partie par la Forest Enhancement Society of British Columbia.

Ils veulent mieux comprendre comment les techniques de récolte peuvent réduire la quantité de combustibles végétaux dangereux et ainsi diminuer la menace d’incendies dévastateurs à proximité des zones urbaines, tout en préservant l’écosystème forestier.

Le site de recherche est adjacent à l’aéroport de Quesnel dans une zone fortement boisée comportant de la matière organique dans la canopée, le sous-bois et au sol, ce qui en fait un milieu bien pourvu en combustibles. La participation de FPInnovations s’inscrit dans ses travaux généraux de recherche sur les incendies de forêts.

Les chercheurs Steven Hvenegaard et Marian Marinescu, sont allés sur place récemment pour établir des placettes d’inventaire de combustibles forestiers sur une superficie de 29 hectares. L’inventaire des combustibles avant coupe est suivi d’une étude de la productivité de la récolte et du débardage dirigée par Peter Dyson. Les résultats du projet contribueront aux connaissances pour prévoir la propagation et l’intensité des feux dans le site boisé.

« Dans ce milieu, le traitement des combustibles forestiers fait appel à une combinaison innovante de techniques de récolte du bois et de réduction des combustibles de surface », explique Steven Hvenegaard. « Nous documenterons toutes les étapes du projet pour évaluer les changements dans les combustibles et leur impact sur le comportement potentiel des feux. »

Les chercheurs Hvenegaard et Marinescu ont recueilli des données sur les couches de combustibles forestiers au sol, dans le sous-bois et dans la canopée qui contribuent au comportement du feu. Les combustibles fins, comme les aiguilles de la couche de surface, peuvent représenter un potentiel élevé d’ignition pour les incendies de cause naturelle ou humaine. Les combustibles légers et facilement inflammables, comme l’herbe, les mousses hypnacées et les lichens, combinés à des combustibles de taille moyenne (débris ligneux morts et au sol), peuvent propager un feu de surface aux combustibles étagés, comme des branches basses, et déclencher un feu de cime.

La recherche sur les feux de forêt est plus pertinente que jamais

« Les études comme celle-ci sont de plus en plus pertinentes en raison de la menace constante des feux de forêt sur les collectivités et de la nécessité de traiter de façon économique les combustibles dans l’interface entre les zones boisées et les zones urbaines », affirme Steven Hvenegaard. « Documenter ce traitement permettra aux gestionnaires des combustibles de mieux connaître la capacité des traitements à atteindre les objectifs de protection des collectivités. »

Des membres des Premières Nations Kluskus et Esk’etemc ont participé aux protocoles d’évaluations avant coupe en vue d’entreprendre des projets d’atténuation des incendies dans leurs communautés respectives. Leur participation a été rendue possible en partie par le programme de soutien technique au secteur forestier autochtone de FPInnovations en C.-B.

Dans le plan de traitement des combustibles, on utilise une pratique inusitée d’empilement en disposant les tiges marchandes d’un côté des sentiers d’éclaircie alors que les branches, cimes et parties non marchandes sont placées de l’autre côté. La méthode habituelle consiste à placer les tiges et les branches devant la machine pour servir de matelas. Documenter le temps additionnel que l’abatteuse prend pour réaliser la tâche fera partie de l’évaluation de la productivité de la machine, alors que le retrait des parties non marchandes avec un débardeur fournira de l’information sur la productivité et les techniques de l’opérateur.

Les recherches de FPInnovations sur les feux de forêt explorent de nouvelles approches de gestion des combustibles qui permettent aux collectivités d’investir dans des plans de traitement efficaces. Pour plus d’information sur le projet de l’aéroport de Quesnel ou sur la recherche sur les incendies, veuillez communiquer avec Greg Baxter.


Nous utilisons des cookies sur notre site Web. Certains d'entre eux sont indispensables au fonctionnement du site, tandis que d'autres nous aident à améliorer ce site et l'expérience utilisateur (cookies de suivi). Vous pouvez décider vous-même si vous souhaitez autoriser ou non les cookies. Veuillez noter que si vous les refusez, vous ne pourrez peut-être pas utiliser toutes les fonctionnalités du site.