Accueil Usines et Technologies Profil d'entreprises SPI BIO propose une solution pour détecter la légionelle

SPI BIO propose une solution pour détecter la légionelle

Envoyer Imprimer PDF

Enfin, un appareil de détection hautement automatisé et connecté permettant une réelle gestion intégrée des contaminations à la légionelle est proposée par SPI Bio, une firme québécoise située à Sherbrooke. Sa technologie, Bio-Alert, est un instrument créé sur mesure pour un usage en milieu industriel; il permet de suivre l'état du système et de prévenir toutes éclosions de contamination en ajustant le traitement au bon moment.

De toutes les éclosions de légionellose survenues ces dernières années au Québec, celle de Québec aura spécialement frappé l'imaginaire. En juillet-août 2012, une épidémie de légionellose frappe un secteur de la Basse Ville. La maladie (à déclaration obligatoire) atteint 181 personnes et entraîne 13 décès. La légionellose est une grave maladie pulmonaire qui peut entraîner la mort chez environ 10-15 % des personnes atteintes.

Après le signalement de quelques cas à la fin de juillet, la direction régionale de santé publique (DRSP) a rapidement considéré qu'une tour aérorefroidissante (TAR) pouvait en être la cause, compte tenu d'un historique à cet effet relativement à ce type d'installation. L'absence de registre de ces équipements a cependant engendré un certain nombre de problèmes, notamment leur localisation dans le centre-ville de Québec, cela étant requis pour effectuer leur échantillonnage. Dès que ces équipements ont été localisés, à la suite d'un travail de vérification fait par la DRSP et la ville de Québec, une procédure de nettoyage/désinfection d'urgence a été réalisée dans toutes les TAR identifiées. Parallèlement, des échantillons d'eau ont été prélevés afin d'identifier la bactérie Legionella pneumophila, laquelle est responsable de la maladie. Une identification plus précise jusqu'à la souche (dans ce cas, le pulsovar) a cependant dû être réalisée afin de faire la comparaison avec la souche clinique isolée des malades. Vers la mi-septembre, la souche virulente a été identifiée dans une TAR de la Basse-Ville; cette installation a dès lors été fermée pour la saison afin de faire l'objet de travaux d'entretien et de nettoyage.

Deux ans plus tard, soit en 2014, la compagnie SPI Bio voit le jour. Son PDG et fondateur, Etienne Lemieux, propose une solution pour détecter le problème à la source, soit dans les systèmes d'eau et les tours de refroidissement, le BioAlert LS15. Il faut dire que cette arrivée coincide avec l'application de règlements gouvernementaux plus sévères en matière de détection de la légionelle. De plus, des tests positifs à la légionelle obligent le propriétaire des équipements à agir rapidement et à stopper toute activité à la source même, pendant un minimum de 12 heures afin de procéder à une désinfection. Ce qui peut s'avérer coûteux, notamment pour l'industrie papetière dont les usines se retrouvent bien souvent au beau milieu ou à proximité de localités. « Une tour de refroidissement peut émettre un panache à 3 km à la ronde, parfois même jusqu'à 12 km, » ajoute M. Lemieux.

BioAlert permet une mesure directe du niveau de risque du traitement d'eau, et ce même sur des systèmes de cogénération. « On peut brancher le système sur plusieurs tours de refroidissement à la fois et gérer l'ensemble du système d'eau, » ajoute M. Lemieux. L'installation se veut non invasive : celle-ci consiste en 2 boîtiers superposés que l'on retrouve sur un mur ou sur des rails extérieurs, et un panneau de contrôle. Le système de conception québécoise, 100% sans fil, est installé en parallèle, afin de ne jamais interférer avec la production.

« L'Europe, l'Australie et la Nouvelle-Zélande, déjà sensibilisés, offrent des possibilités de développement majeures. Mais nous n'oublions pas que l'Amérique du Nord compte plus de 100 000 compagnies. Rien qu'à Manhattan (New York), il existe 4 000 tours de refroidissement. Le potentiel est donc important, et nous examinons toutes les avenues de développement possibles, dont les partenariats avec des firmes nord-américaines d'envergure, ainsi que quelques entreprises européennes »

L'appareil, installé sur place, effectue des lectures quotidiennes du niveau de concentration bactérien et achemine les résultats à une personne responsable via un serveur privé. BioAlert LS15 est facilement entretenu par le simple changement d'une cartouche, une fois par mois. L'échantillonnage continu et l'analyse journalière permettent l'optimisation de l'usage de produits chimiques et de biocides, réduisant significativement les risques de contamination par la Legionella. L'appareil permet en outre de réagir jusqu'à 10 jours plus tôt en cas de contamination d'un système d'eau; d'éliminer les problèmes propres à l'échantillonnage, d'éliminer des coûts inévitables lorsque survient une contamination (arrêt des opérations) et d'améliorer votre gestion du risque opérationnel. Mais avant tout, SPI Bio vous permet de sauver des vies!

Pour l'heure, le BioAlert LS15 se veut une nouveauté sur un marché d'envergure. « L'Europe, l'Australie et la Nouvelle-Zélande, déjà sensibilisés, offrent des possibilités de développement majeures. Mais nous n'oublions pas que l'Amérique du Nord compte plus de 100 000 compagnies. Rien qu'à Manhattan (New York), il existe 4 000 tours de refroidissement. Le potentiel est donc important, et nous examinons toutes les avenues de développement possibles, dont les partenariats avec des firmes nord-américaines d'envergure, ainsi que quelques entreprises européennes, » de commenter M. Lemieux.

SPI Bio compte déjà sur quelques clients d'envergure dont une papetière et le Gouvernement du Canada. « Nous comptons des installations au Complexe Guy Favreau et au Centre des Arts, fait-il remarquer Nous visons 6 bâtiments fédéraux, dont deux à Gatineau et un à Sainte-Foy. »

EN BREF :

- Bactéries détectées : Legionella pneumophila sérogroupes 1-14, principalement les bactéries vivantes

- Quantité d'eau testée : 5 ml Quantité - Échantillon prélevé 250 ml

- Méthode de détection basée sur l'analyse du contenu en ADN, permet la spécificité et la robustesse d'analyse

- Seuil minimal de détection : Limite de détection à 5,000 CFU/L et quantification à 10,000 CFU/L

- Spécificité : évaluation effectuée sur une large gamme de bactéries d'origine hydrique, incluant l'eau recueillie directement dans les infrastructures municipales, hospitalières et industrielles

- Biocides : insensible aux biocides et les biodispersants généralement utilisés dans le contrôle microbiologique (aux concentrations normales de fonctionnement)

- Temps d'opération : aucune intervention nécessaire, activation et analyse automatisée
Durée de conservation des consommables d'analyse 3 mois (entreposage dans son emballage d'origine)

- ÉLÉMENTS DE BRANCHEMENT DE L'APPAREIL

  • 1 x Connexion électrique (monophasé, 120VAC)
  • 2 x Connecteurs d'eau (entrant/sortant: NPT 1/8" [3.2 mm] femelle, raccords à compression)
  • 1 x Module de connexion à distance (adapté au besoin client)
  • 4 x Entrée 4-20 mA disponibles DIMENSIONS ET POIDS 200 livres (90 kg) / 24" x 51" x 17" (56 cm x 51 cm x 30 cm)

 
A propos de l'entreprise :
SPI Bio représente une équipe multidisciplinaire combinant des experts en biotechnologie, en systèmes de détection optique de même que des spécialistes en vente et marketing afin de propulser cette technologie innovante au sommet.
www.spibio.ca




 
paptac-portal

inscription-infolettre

acces-infolettres
le maitre papetier
le maitre papetier
Vision Biomase Québec
fpinnovations banner
buckman banner
cristini banner
le maitre papetier