Accueil PAPTAC Couverture de PWC/BIOFOR 2018 La fiabilité selon Irving

La fiabilité selon Irving

Envoyer Imprimer PDF


Ryan Melanson, Blaine Smallwood, Nancy Vautour et Philippe Roy.
© Le Maître papetier

Pour améliorer la fiabilité des équipements, Irving a implanté tout un processus de suivi standardisé dans ses usines pour mieux anticiper le travail à effectuer avant que les bris majeurs ne surviennent. Tour d'horizon.

C'est dans le but d'avoir des processus de travail standardisés et uniformes qu'Irving a décidé de miser sur l'optimisation de la fiabilité, a expliqué Nancy Vautour, surintendante pour Irving lors d'une présentation tenue pendant Paperweek Canada 2018. Par le fait même, tous les intervenants sont plus responsables des interventions, car les rôles et les responsabilités sont désormais mieux définis. Au final, tout ce travail permet d'être plus transparent et efficace, ajoute cette dernière.

Pour assurer un suivi efficace, Irving a établi une feuille de route des procédés liés à la fiabilité, a par la suite ajouté Blaine Smallwood, planificateur de la maintenance chez Irving Paper. « Tout le monde doit remplir un rapport si un événement crée un temps d'arrêt de plus de deux heures », dit-il. Des rapports sont aussi complétés lors des défaillances répétées, de problèmes particuliers ou encore de bris à coûts élevés.

Par exemple, le 24 juillet 2017, un opérateur dans la salle de contrôle a remarqué que les balais du moteur L2 (L2 Secondary Control End Motor Brushes sparking) produisaient des étincelles. Une évaluation sur le terrain a par la suite confirmé la situation, forçant un arrêt des machines pour une durée de 424 minutes, soit plus de sept heures.

Le rapport produit (voir image ici-bas) soulignait qu'un problème similaire s'était déjà produit plus tôt en juin. Des photos sont aussi ajoutées au rapport pour illustrer le problème. Parmi les décisions prises, un processus d'inspection des brosses a été effectué.

Chaque tâche à effectuer est assignée à une personne et des alertes de rappels automatiques lui sont envoyées, ainsi qu'à son supérieur, par courriel lorsque la date d'exécution approche, a ajouté Ryan Melanson, ingénieur responsable de la fiabilité pour Irving.

C'est par la suite Philippe Roy qui a pris la parole pour souligner à quel point le travail d'équipe est important pour implanter ce type de processus... et pour faire des conférences, a-t-il ajouté à la blague. « Cet outil nous permet de mieux prédire les défaillances et de prioriser les actions et les arrêts pour faire la maintenance », a mentionné le responsable des communications et des outils pour la prise de décision. De plus, ce processus transparent, qui permet de recueillir beaucoup de données, permet de capturer la connaissance et de l'intégrer dans les activités quotidiennes de l'entreprise. « Pour arriver à nos fins, tout le monde doit y croire », a-t-il conclu.


 

 
nalco banner
valmet banner
enerquin air banner
kemira banner