Forum mondial sur la bioéconomie : des opportunités majeures pour les pâtes et papiers

Mercredi, 03 avril 2019 00:00 Jaclin Ouellet, Journaliste, LMP
Imprimer

Le premier Forum mondial sur la bioéconomie a eu lieu à Ruka, en Finlande, et démontre bien que l'émergence de la bioéconomie comme secteur de croissance économique a des impacts sur le paysage industriel global.

Situé dans la région de la Laponie, Ruka était l'endroit parfait pour organiser cette première édition du Forum mondial sur la bioéconomie : le centre de la conférence est situé sur une montagne avec une vue extraordinaire sur la campagne sauvage. D'ailleurs le thème de cette conférence était « La bioéconomie célèbre la nature », illustrant les façons dont les industries bio peuvent travailler main dans la main avec la nature et gérer la biodiversité.

La Finlande était aussi le pays parfait pour organiser un tel événement, celui-ci étant perçu comme le centre nerveux des investissements bioindustriels, selon son président et fondateur Jukka Kantola. Un peu comme Davos, en Suisse, est devenu le lieu de la rencontre annuelle sur l'économie mondiale, Ruka a été désigné comme hôtesse du Forum mondial sur la bioéconomie.

Un programme diversifié

Même si Ruka est un endroit somme toute isolé, l'événement accueillait des délégués de partout en Europe, de l'Inde, de Chine, d'Australie, d'Indonésie et des États-Unis. Parmi les panélistes invités, on comptait sur des représentants gouvernementaux européens; des fournisseurs de technologies; des producteurs de pâte, papiers et textile, ainsi que des usagers de bioproduits.

Cinq panels de discussion ont eu lieu :

De plus, une série d'ateliers a mené à la formation de cinq groupes de panélistes et de délégués qui ont discuté, à portes closes, pour mettre au point des idées et des stratégies visant à mettre la bioéconomie sur la carte des secteurs économiques vitaux.

Parmi les opportunités identifiées, pour le secteur des pâtes et papier, mentionnons la production de textile, à raison de 100 millions de tonnes/année, avec une progression pressentie de 50 millions de tonnes/année d'ici 2030. « Plusieurs consommateurs ne réalisent pas que les vêtements sont fabriqués à partir de combustibles fossils et de micro-plastique, les plus importants pollueurs sur la planète, d'expliquer Michael Carus, fondateur et directeur de Nova-Institute.

Quant à l'économie circulaire, elle est déjà bien en marche, selon Kari Tuominen, président chef de la direction d'Andritz Oy. Il existe de réelles opportunités dans les fabriques de pâte pour transformer les rejets en bioproduits de qualité, comme le méthanol, l'acide sulfurique, la lignine et les biogaz.
Mentionnons enfin la recherche du côté des ressources naturelles et de l'alimentation, les deux principaux débouchés de la bioéconomie, qui va doubler ses revenus de 2021 à 2027, à 10 milliards d'euros (11,42 milliards$ US).

La prochaine édition du Forum mondial sur la bioéconomie, est déjà en préparation. Elle aura lieu à Ruka du 11 au 13 septembre 2019. Pour plus de détails, visitez le wcbef.com