Le Maître Papetier

Vendredi 15 décembre 2017

twitteryoutube

Accueil Blogues Heather Lynch L'union fait la force : l'Initiative FIBRE regroupe les meilleurs

L'union fait la force : l'Initiative FIBRE regroupe les meilleurs

Envoyer Imprimer PDF

L'innovation forestière par la recherche et l'éducation, ou FIBRE, fait ses débuts sur la scène de la recherche forestière canadienne dans une tentative audacieuse de transcender le secteur à travers la transformation. Son arrivée est la bienvenue. Avec un portefeuille de quatre solides partenaires de recherche et de sept réseaux de recherche et développement (R & D), FIBRE bénéficie d'une structure qui offre non seulement des opportunités de partage de connaissance, mais aussi l'occasion d'apprendre des meilleures pratiques en s'appuyant sur les forces de ses partenaires. La force du nombre est là, et les synergies qui devraient se développer grâce à FIBRE assureront à tous les membres de l'initiative d'être branchés sur les composantes essentielles du secteur forestier canadien.

Les Partenaires

FPInnovations: plus grande initiative privée sans but lucratif au monde sur le plan de la recherche forestière. Compte plus de 600 employés répartis à travers le Canada. Rassemble les opérations forestières, les produits du bois, la pâte et le papier ainsi que le Centre canadien sur la fibre de bois de Ressources naturelles Canada.

Ressources naturelles Canada: ministère du gouvernement du Canada. Travaille à accroître le développement et l'utilisation responsable des ressources naturelles du Canada et la compétitivité des produits des ressources naturelles canadiennes. Élabore des politiques et des programmes qui renforcent la contribution des ressources naturelles à l'économie et à améliorer la qualité de vie de tous les Canadiens.

CRSNG: Conseil de Recherches en Sciences Naturelles et en Génie du Canada. Soutient les étudiants universitaires dans leurs études supérieures, encourage et participe à la recherche de découverte, et favorise l'innovation en encourageant les entreprises canadiennes à participer et à investir dans des projets de recherche postsecondaires.

Association des produits forestiers du Canada: représente les plus grands producteurs canadiens de produits forestiers. Le groupe travaille à identifier des solutions aux problèmes de conservation, permettant d'atteindre l'objectif d'équilibrer les trois piliers de la durabilité liés aux activités humaines.

Les joueurs (réseaux de R & D constitués d'initiatives du CRSNG): réseau ForêtValeur, réseau d'optimisation de la chaîne de valeur, réseau Bioconversion, Lignoworks, réseau Sentinel Bioactive Paper, Newbuilds, ArboraNano, et le réseau Green Wood Fiber products.

Le budget fédéral de 2008 a attribué du financement au CRSNG pour la recherche collaborative qui "contribue directement aux besoins de connaissances et d'innovation de l'industrie forestière du Canada." Le fédéral financera les huit réseaux impliqués dans l'initiative. Des chercheurs universitaires canadiens, en collaboration avec FPInnovations, des scientifiques de l'industrie et / ou du gouvernement et des ingénieurs, ont été admissibles à des subventions pour travailler sur des projets spécifiques soutenant la recherche guidée par la technologie, avec des résultats attendus dans les cinq ans sur des problématiques de recherche qui permettraient l'utilisation des installations de recherche et des ressources disponibles par le biais de FPInnovations, de laboratoires industriels et gouvernementaux, ainsi que d'universités. Pour être admissibles au financement, les projets devaient avoir le soutien de FPInnovations. Les domaines de recherche prioritaires ont été définis comme étant l'énergie et les produits chimiques issus de la biomasse forestière, la maximisation de la valeur intégrée, les solutions de construction de nouvelle génération, les pâtes et papiers de la prochaine génération et les nouveaux bioproduits issus de la biomasse forestière.

Les opportunités

Alors que le réseau de recherche en est encore à ses balbutiements, il sera intéressant de voir si ses résultats de recherche peuvent s'élever en dehors de la communauté de R & D. L'institut forestier européen (EFI) donne un exemple de la façon dont le partage des connaissances et des meilleures pratiques peut se traduire par des conseils stratégiques, en travaillant dans un mandat qui considère l'information et la connaissance comme piliers du développement, de l'implantation et de l'évaluation de la politique forestière. L'EFI présente les résultats de ses recherches sur fondements scientifiques aux décideurs politiques et aux institutions, et agit en tant que voix de la science forestière européenne. L'institut a formé un comité de travail spécialement destiné à échanger des idées et des points de vues sur l'avenir de la stratégie forestière de l'Europe, et dirige ses travaux en recueillant également les points de vue des décideurs politiques concernant leurs besoins en matière de connaissances et d'information scientifique ainsi que d'expertise. L'EFI offre un excellent exemple de la façon dont la R & D et les communautés politiques peuvent collaborer pour atteindre le même objectif: un secteur forestier sain et économiquement prospère.

Pendant que FIBRE est mis sur pied, une autre possibilité d'expansion pourrait être l'opportunité de collaborer avec des acteurs internationaux. Bien que les ressources naturelles et le contexte organisationnel et opérationnel du secteur forestier canadien soient incontestablement différents de ceux de ses homologues internationaux, il y a d'innombrables opportunités d'apprendre des autres joueurs mondiaux. CIFOR, le Centre for International Forestry Research, est un laboratoire international à but non lucratif dédié à l'avancement du bien-être de l'humanité, à la sauvegarde de l'environnement et à l'équité. CIFOR entreprend des recherches qui permettent une prise de décision plus éclairée et équitable quant à l'utilisation et la gestion des forêts dans les pays moins développés. Semblable à EFI, le laboratoire utilise ses recherches et analyses pour aider à informer les décideurs et les praticiens. En se concentrant sur les problématiques de gouvernance, de pauvreté et d'environnement, le CIFOR entend mettre le doigt sur des questions telles que, comment les forêts peuvent-elles être gérées de manière à permettre des mesures d'atténuation et d'adaptation aux changements climatiques, comment gérer les compromis entre la conservation et le développement, et comment les gens qui dépendent de petits exploitants et de la communauté forestière peuvent améliorer leurs moyens de subsistance. Bien que le Canada soit dans une position économique avantageuse par rapport à la plupart des régions ciblées par le CIFOR (Afrique, Inde, etc.), il y a des liens évidents à faire entre le travail du CIFOR et ce que nous pourrions transposer chez nous: le changement climatique demeure une priorité pour le gouvernement, l'industrie et les particuliers. L'empreinte économique des opérations forestières et des pâtes et papiers amène à un compromis environnemental inévitable, tant pour les gouvernements que pour les exploitants de pâtes et papiers, et à la suite de ce qui ne peut être qu'appelé une crise du secteur forestier canadien, trouver des solutions pour soutenir les communautés (petites et grandes) dont les fondements économiques ont été ébranlés par des fermetures d'usines et des licenciements, demeure une priorité pressante.

Bien que les opportunités de voir ce qui se fait ailleurs ne manquent pas, il est aussi possible d'adopter une approche plus introspective. Le Family Forest Research Center aux États-Unis offre un bon exemple de comment ramener le secteur forestier à ses racines, en mettant l'accent sur les répercussions de la santé de l'industrie sur le producteur individuel. Le FFRC collabore avec le USDA Forest Service, la Northern Research Station, l'Université du Massachusetts Amherst et le Department of Environmental Conservation. L'objectif du Centre est de mener des recherches pertinentes qui permettent de comprendre les dimensions sociales et économiques des exploitations forestières familiales dans le but de promouvoir une gestion durable des forêts répondant aux besoins des propriétaires fonciers, des communautés et de la société. Le centre mène des recherches préliminaires sur les attitudes, les comportements, les besoins, les préoccupations et les données démographiques des familles de propriétaires forestiers à travers le pays, s'occupe du National Woodland Owner Survey (le recensement officiel de propriétaires forestiers aux États-Unis), s'allie à d'autres chercheurs et diffuse les résultats de ses activités de recherche en informant les décideurs politiques et les concepteurs de programmes forestiers.

L'industrie a demandé l'apparition d'une structure comme FIBRE durant de nombreuses années. Sa mise en place apparaît comme une étape concrète vers l'abattage de silos de recherche isolée, d'essais, d'erreurs et d'expérience, pour s'assurer que les leçons apprises et les meilleures pratiques aideront à informer tous les partenaires impliqués dans leurs travaux futurs. Le secteur forestier canadien a eu son lot de leçons difficiles au cours de la dernière décennie. Il est maintenant temps de les transposer vers un secteur forestier plus ciblé, plus robuste et énergique. FIBRE a un rôle clé à jouer dans la réalisation de cet objectif; maintenant plus que jamais.


Heather-Lynch
Heather Lynch

{jacomment off}

 
paptac-portal

inscription-infolettre

acces-infolettres
banniere PaperWeek Canada
buckman banner
fpinnovations banner
kemira banner
tecumseth banner
cristini banner
banniere BIOFOR International
le maitre papetier